< Retour au menu

mµ - COLLECTIF DANSE - RÉSIDENCE D’ÉTÉ 2018

Du 10 au 20 juillet 2018 - AVIGNON ET ROUSSILLON (LUBÉRON)

a organisé une résidence de deux semaines à Roussillon - en Pays d'Ocres - et Avignon du 10 au 20 juillet, en partenariat avec la commune de Roussillon et ÔKHRA (Conservatoire des Ocres et de la Couleur), et du Théâtre de La Manufacture à Avignon.

Cette résidence a permis à quatre jeunes chorégraphes et six interprètes de travailler sur six créations (ou extraits) présentées à Avignon à La Manufacture (Salle de Saint-Chamand) le 20 juillet, et un spectacle chorégraphique déambulatoire sur Le Sentier des Ocres à Roussillon. 

Répétition - Pendant la Résidence d'été en juillet 2018 à Roussillon (84) chez ÔKHRA - Conservatoire des Ocres et de la Couleur - Photo de répétition du prologue de la création Prologue & 4'33" pour Corps dansants créé pour le spectacle de fin de résidence au Théâtre de la Manufacture (salle de Saint-Chamand) le 20.07.2018.

Création Patrice DANSIN, chorégraphie collective de et avec (sur la photo) Marlène Rabinel, Lola Kervroedan, Pierre-Benjamin Nantel, Justine Thibaudat, Thomas Ballèvre et Lucie Anthonioz.

DANSE EN RÉSIDENCE - Visuel du programme de fin de résidence (20 juillet 2018) au Théâtre de la Manufacture (Salle de Saint-Chamand). Photo du solo de Agata Jarosova que nous remercions. Nous regrettons l'annulation de sa participation dû à un problème médical de dernière minute.

Lucie Anthonioz - Performance dansée et déambulatoire sur le Sentier des Ocres - Roussillon - 14.07.2018

Spectacle de fin de résidence d'été (2018) - Photo de scène du solo Née sens - Chorégraphie Marlène RABINEL - Danse Lola KERVROEDAN

Répétition -  A Roussillon au Conservatoire des Ocres et de la Couleur - ÔKHRA - Pierre-Benjamin NANTEL pour son solo La Kata du dentiste présenté le 20 juillet à La Manufacture d'Avignon.

Autopilot / TIL YOU DROP - Solo de Thomas Ballèvre sous stroboscopes - Résidence d'été du L.A.C. à la Manufacture d'Avignon - Saint-Chamand le 20 juillet 2018

Spectacle de fin de résidence d'été (2018) - Sur la scène du Théâtre de La Manufacture - Salle de Saint Chamand -Prologue & 4'33'' pour Corps dansants - Création Patrice DANSIN, chorégraphie collective et danse : Marlène Rabinel, Lola Kervroedan, Pierre-Benjamin Nantel, Justine Thibaudat, Thomas Ballèvre et Lucie Anthonioz.

PROGRAMME DU 20 JUILLET 2018 A 19H30

THÉÂTRE DE LA MANUFACTURE - SALLE DE SAINT-CHAMAND - AVIGNON

Autopilot / RÉVERSIBLE - Durée  8’                                                                                                            

Thomas BALLEVRE – Solo dansé par Lucie ANTHONIOZ

Née sens - Durée 12’                                                                                                                                      

Marlène RABINEL – Solo dansé par Lola KERVROEDAN

Le kata du dentiste - Durée  9’                                                                                                                       

Pierre Benjamin NANTEL – Solo dansé par P.B. NANTEL

 

Music-Hall De Jean-Luc Lagarce Durée 8’ (extrait)

Théâtre et danse       

Justine THIBAUDAT – Solo accompagné et interprété

par Justine THIBAUDAT et Lucie ANTHONIOZ                                                                                                                         

 

Autopilot / TIL YOU DROP - Durée  7’

Solo chorégraphié et dansé par Thomas BALLEVRE                                                    

   

Prologue & 4’33’’pour Corps dansants Durée 10’

[d’après 4’33’’ de John CAGE]     

Création et conception Patrice DANSIN

Chorégraphie et danse Marlène Rabinel, Lola Kervroedan,

Pierre-Benjamin Nantel, Justine Thibaudat,

Thomas Ballèvre et Lucie Anthonioz.

                                  

PRÉSENTATIONS ET NOTES D'INTENTIONS

Thomas BALLÈVRE

Chorégraphe danseur performeur

Thomas Ballèvre se forme au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris de 2010 à 2012, puis rejoint le Centre National de Danse Contemporaine à Angers en 2013. Il se forme aussi en travaillant auprès d'artistes comme Olivier Dubois, Hervé Robbe et Jan Fabre. Après la présentation de sa première pièce personnelle en mars 2014, Quand la dent tomba, il enrichit son travail naissant par de nombreux stages et collaborations avec divers artistes tel que Bernard Baumgarten, François Stemmer, Anu Sistonen. Il collabore également avec des artistes issus de divers champs artistiques dont Mehryl Levisse, Emmanuel Eggermont, Pablo Albandea, le Collectif XXY. Il travail particulièrement avec la vidéo sur des clips, courts métrages et des installations. Il se lance notamment dans la direction artistique et chorégraphique du projet Pléthore en janvier 2017. Il porte aussi son dévolu sur des œuvres In Situ comme sur le grand escalier aux Arts Décoratifs dans le cadre des Ddays en mai 2017. Il aime surtout sortir du cadre scène/public que ce soit par des installations, des performances In situ, ou la vidéo. Cela se ressent amplement dans sa création SUPER[P]OSER présenté au Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois en décembre 2014. Il présentera à Avignon les deux premiers solos d’une série intitulée AUTOPILLOT/Pilotage automatique, le premier avec Lucie Anthonioz et un second solo qu’il interprétera. Thomas est également l’un des chorégraphes et interprètes des deux créations collectives à Roussillon et Avignon, Prologue et 4’33’’ pour Corps dansants.

AUTOPILOT / Pilotage automatique est une interprétation des réflexes archaïque en milieu festif présenté en différents solos épisodiques. Une pléthore de mouvements automatiques. Une réflexion sur cet état de transe. Vous êtes invités à explorer ce monde nocturne à travers ces deux solos. Découvrir ces danses générées par les créatures de la nuit.

 

Solo 1 - RÉVERSIBLE est un tableau performé composé de la superposition du corps réel et virtuel. Il a pour texture les mouvements automatiques générés par la mémoire du corps. À la frontière entre le conscient et l'inconscient.

 

   Chorégraphie: Thomas Ballèvre 

   Interprète : Lucie  Anthonioz

   Vidéo: Pablo Albandea

   Installation: Thomas Ballèvre

   Musique: “Bruit de l'eau” de Chanmé

   Durée: 8min

 

Solo 2 - TIL YOU DROP est une traduction contemporaine des dance marathons, compétitions fréquentes dans les années 1920-30 aux États-Unis. Une gestuelle générée par l'épuisement et le dépassement de soi.

   Chorégraphie: Thomas Ballèvre

   Interprète: Thomas Ballèvre

   Musique: “Extraction” de Breche

   Durée: 7'

Lucie ANTHONIOZ

Plasticienne  Performeuse

Lucie ANTHONIOZ est une artiste pluridisciplinaire, plasticienne (sculpture, installation, photographie) qui poursuit ses études aux Beaux Arts de Paris. Parallèlement aux arts plastiques, elle s’intéresse tout particulièrement à la Performance et à la danse contemporaine, et compose des ébauches de création qu’elle photographie comme des installations in situ dans lesquelles elle met en scène son propre corps en mouvement. Elle sera seule en scène dans AUTOPILOT – RÉVERSIBLE, l’une des deux créations présentées par Thomas BALLEVRE – dont une partie est une captation vidéo –, «une œuvre performée,  selon  le chorégraphe, qui colle parfaitement à la peau de Lucie qui est également l’une des chorégraphes et interprètes des deux créations collectives à Roussillon et Avignon : Prologue & 4’33’’ pour Corps dansants.

Marlène RABINEL

Chorégraphe danseuse  comédienne

Marlène Rabinel est une artiste pluridisciplinaire formée à la musique et à la danse. Comédienne, danseuse, elle pratique aussi le chant comme Mezzo-soprano et traverse tout autant le champ des caméras (cinéma et TV) que les plateaux de théâtre et d’opéra. Elle pratique également le dessin et la peinture ou encore la boxe féminine. Elle a récemment dansé à l'opéra Comique dans Marouf Savetier du Caire, choregraphié par Peeping Tom et  a joué au printemps dernier dans Les Métronautes, une mise en scène d'Arthur Deschamps au Théatre 13. C'est après sa formation à l'école Lecoq au LEM que Marlène entame un travail d'écriture chorégraphique et cinématographique. Pendant la résidence d’été qui l’a conduite à Avignon, elle présentera à Saint-Chamand sa première création, un solo intitulé Née Sens qui est issu d’une première résidence à La Fonderie au Mans en juillet 2017 –, dansé par Lola Kervroedan, un solo qui sera également adapté en extérieur à Roussillon au Conservatoire des Ocres et de la Couleur dans un bassin de décantation. Marlène participera également à deux créations collectives en tant que chorégraphe et danseuse : l’une présentée à Roussillon et l’autre à Avignon Prologue & 4’33’’ pour Corps dansants.

NÉE SENS  "Nous vous proposons d'assister à quelques minutes d'un dispositif qui a pour ambition de durer environ 45 minutes. Nos recherches se sont portées sur ce qu'est l'émancipation d'un corps, la métamorphose de toute une organicité déclenchée par une nécessité brûlante d'une conquête de soi.

Délivrer l'enfant pour que naisse la femme.

Nous avons tenté de raconter cet accouchement comme un voyage sensoriel au cours duquel celui qui regarde serait projeté au cœur de cette matrice, au plus profond des entrailles, ici l'utérus.

Lola est à la fois une figure humaine du féminin  empêtrée dans ces vêtements sociaux/culturels/familiaux, mais elle peut tout à fait être envisagée comme une cellule, un tissu de cet organe, et dont les vêtements cette fois-ci en dessineraient les parois…                    

​"Une organicité contrainte, censurée, inconnue…
Bientôt, à la lune bleue, l'éveil des sens gronde et craquèle les chairs héritées.
Inévitable est la métamorphose, dont le sang coule

le long de l'intime, et porte en elle la promesse

du corps sensuel."

 

    Chorégraphie: Marlène RABINEL

    Interprète : Lola KERVROEDAN

    Durée: 12min

Lola  KERVROEDAN

Danseuse

Lola KERVROEDAN est danseuse, formée au CNR de Boulogne Billancourt et au CNSMD de Paris en danse contemporaine. Depuis 2012, elle a dansé pour plusieurs compagnies comme celle de Régis Obadia (2016), 7273 ou encore Sylvie Guillemin, et on a pu la voir sur différentes scènes allant de l’Opéra Comique de Paris (2012 – 2013) aux Hivernales à Avignon pour  Olé Khamchanla. Elle a participé à de nombreux workshops en France et à l’étranger (Emanuel Gat – The Batsheva Company – Carolyn Carlson – Emio Greco – Ashleigh Leite et Merce Cunningham [N.Y.C.]. A Avignon elle dansera Née Sens de Marlène Rabinel, et auparavant une adaptation Land Art de ce solo en extérieur au Conservatoire des Ocres et de la Couleur à Roussillon. Elle participera également aux deux créations collectives de Roussillon et Avignon [Prologue & 4’33’’ pour Corps dansants].

Justine THIBAUDAT

Comédienne danseuse​

Justine THIBAUDAT est comédienne, danseuse et a pratiqué plusieurs sports dont l’escalade, la voltige et la GRS [Gymnastique Rythmique et Sportive] pendant huit ans. Étudiante à l’Université Paris Descartes en sociologie culturelle, elle se forme dans divers cours de théâtre, récemment au studio Pygmalion à Paris. Des planches aux plateaux de tournages, Justine Thibaudat joue dans de nombreux films au cinéma, à la TV et au Théâtre.
Désireuse de danser à nouveau elle fera partie des chorégraphes et interprètes des deux créations collectives à Roussillon et en Avignon, Prologue et 4’33’’ pour Corps dansants et donnera un extrait [8 min] de la pièce Music-hall de Jean-Luc Lagarce qu’elle travaille en ce moment dans une version théâtrale et chorégraphique.

MUSIC-HALL de Jean-Luc Lagarce - [extrait]​ - Un extrait de 8 minutes de la pièce Music-hall de Jean Luc Lagarce reprise et conçue par Justine THIBAUDAT qui travaille actuellement sur une adaptation très personnelle, théâtrale et chorégraphique de la pièce.

 

   Adaptation et mise en scène : Justine Thibaudat avec la participation de Patrice Dansin    

   Chorégraphie: Justine Thibaudat

   Interprètes : Justine Thibaudat et Lucie ANTHONIOZ

   Durée: 8 min

Pierre Benjamin NANTEL

Chorégraphe et danseur

 

Pierre Benjamin NANTEL habite Avignon. Chirurgien-dentiste, – profession qu’il exerce à temps partiel, il est chorégraphe et performeur et pratique le karaté depuis son enfance. Il a commencé à s’intéresser à la danse contemporaine grâce à un atelier chorégraphique à l’Université de Rennes. Très vite passionné par la danse, il intègre – après son doctorat en chirurgie dentaire – le Master EXERCE (études chorégraphiques) de 2015 à 2017 à ICI-CCN de Montpellier. Lors de cette formation il a pu rencontrer et collaboré avec des artistes tes tels que Xavier Leroy, Lia Rodrigues, Myriam Gourfink ou encore François Chaignaud. Aujourd’hui, parallèlement à la chirurgie dentaire, il poursuit ses recherches chorégraphiques qui mêlent ses différents savoir-faire et le place dans un interstice où se rencontrent à la fois l’art et la science, le sport et la chorégraphie. Ses recherches se nourrissent de l’histoire de son propre corps, et il a réalisé plusieurs performances et chorégraphies où se confondent les gestes du chirurgien-dentiste, du karatéka et du danseur. Pierre Benjamin proposera à Avignon un solo intitulé « Le kata du dentiste ». Il est également l’un des chorégraphes et interprètes des deux créations collectives à Roussillon et Avignon, Prologue et 4’33’’ pour Corps dansants.

Le kata du dentiste​  est une chorégraphie accumulative sur les gestes quotidiens du chirurgien-dentiste codifié à la manière d’un kata de karaté. Chirurgien-dentiste, karatéka, chorégraphe  et interprète de ce solo, Pierre-Benjamin Nantel ouvre ici un questionnement sur l’accumulation et la répétition de gestes quotidiens spécifiques.

Comment codifier, transmettre et aussi s’émanciper de ces boucles gestuelles qui nous habitent ? 

  

   Chorégraphie: Pierre-Benjamin NANTEL

   Interprète : Pierre-Benjamin NANTEL

   Durée: 9 minutes

 

Prologue & 4’33’’ pour Corps dansants

[d’après 4’33’’ de John CAGE]

Durée 10 '

Les amateurs de musique connaissent pour la plupart l’œuvre de John Cage intitulée 4’33’’ qui a été créée en 1952 ; ce n’est pas le cas de tout le monde, et moins nombreux encore sont ceux qui ont eu l'occasion d'entendre cette œuvre qui dicte le silence à un ou plusieurs instruments de musique. En réalité, ce n’est pas le silence que John Cage propose d’écouter, mais le son ambiant qui est là où l’on se trouve pour l’écouter quand l’instrument fait… silence. Et malgré la durée de l'oeuvre (en trois parties) sur la partition, John Cage a indiqué que le temps de 4’33’’ pour l'interpréter– et la durée de chaque partie – n’avait pas d’importance.

En 1952, c’est le pianiste David Tudor qui est choisi pour la jouer lors de sa création : ce sera 4’33’ pour piano. On a pu entendre bien des versions depuis : pour un orchestre symphonique,  pour différentes formations instrumentales ou encore pour un chœur. Ici, Patrice Dansin a choisi de considérer que le Corps dansant est aussi un instrument de musique. Pour cette création, il a d'abord imaginé un prologue dansé avant que celui-ci ne s’arrête pour faire place à 4'33" dirigée par un musicien/chef d’orchestre qui n'est autre qu'un chorégraphe et danseur [ici Pierre-Benjamin NANTEL]. Ces deux parties forment cette création intitulée Prologue et 4’33’’ pour Corps dansants.

   Création et mise en espace : Patrice DANSIN

   Chorégraphie collective et interprètes : Lucie ANTHONIOZ Thomas BALLEVRE  Lola KERVROEDAN Pierre Benjamin NANTEL

   Marlène RABINEL Justine THIBAUDAT.

   Vidéo-chrono : Pablo ALBANDEA

   Durée 10'