LA BANQUETTE - COLLECTIF SCIENCES & PHILOSOPHIE

Contact :  Patrice Dansin - lelac.asso@gmail.com - 0658729002

Page en construction

LA BANQUETTE est un collectif dont les membres apprécient de partager le vin et la philosophie, la poésie et l’inattendu, les arts et les sciences...

 

Les membres de ce collectif sont scientifiques, philosophes ou historiens des sciences, ou encore enseignants chercheurs. Ils aiment les arts et certains pratiquent la musique tandis que d'autres abordent différentes formes de créations.

Le souhait du Laboratoire d'Art Contemporain, qui oeuvre pour des rencontres entre les arts et d'autres savoir-faire, est d'encourager les membres de La Banquette à proposer des sujets scientifiques aux artistes comme le feraient des auteurs, et de les entraîner sur les chemins de la création.

 

Les membres de ce collectif se réunissent en relançant l'idée du Salon ou du Banquet (littéraire, scientifique ou artistique), et apprécient les rencontres avec d'autres personnes autour de différents sujets.

Le nombre de ces membres est appelé à grandir pour enrichir le groupe et les échanges entre eux et avec les artistes...

La Nef solaire de Tavel (Gard) le long de autoroute A9 est l'un des plus grands cadrans solaires au monde. L'œuvre a été  calculée et conçue par Denis Savoie, l'architecte Odile Mir et l'ingénieur Robert Queudot.
 

DENIS SAVOIE vit et travaille à Paris. Il est astronome et historien des sciences.

Directeur de la médiation scientifique et de l'éducation d'Universcience (Palais de la découverte et Cité des Sciences et de l'Industrie) jusqu'au début de 2018, Denis Savoie a également dirigé le planétarium et le département d'astronomie et d'astrophysique du Palais de la découverte à Paris. Il est membre de l'Académie Internationale d'Histoire des Sciences depuis 2016, a présidé la Commission des cadrans solaires de la Société astronomique de France pendant vingt ans et écrit plusieurs ouvrages de référence sur ces sujets. Il est également chercheur associé au SYRTE (Département Système de Référence Temps Espace de l'Observatoire de Paris), et travaille actuellement en parallèle avec la NASA.

 

Sa connaissance de la gnomonique l'a amené à faire plusieurs contributions à l'histoire de l'astronomie.

Denis Savoie a notamment calculé La Nef solaire de Tavel (photo ci-dessus), un des plus grands cadrans solaires du monde, ainsi que le gigantesque cadran solaire du barrage de Castillon. Il a également réalisé d'autres ouvrages comme le cadran à réflexion de l'INES, et restauré d'autres cadran solaire comme celui de l'Hôtel des Ambassadeurs de Hollande, la méridienne du Paleospace, l'immense cadran à œilleton de Sorède, ou encore les cadrans solaires de l'Institut à Paris.

Les sujets ne manquent pas avec Denis Savoie pour inspirer les artistes et intéresser tous les publics : il suffit de l'entendre pour découvrir ses talents d'orateur et voir comment la science devient avec lui oeuvre d'art...

Pourquoi utiliser un gnomon à l’heure du GPS ? Réponse dans cette passionnante vidéo qui vous fera connaître aussi Denis Savoie : https://vimeo.com/151492069

THIERRY BARBOT

En cours de rédaction

EITAN ALTMAN

 

En cours de rédaction

MARIE-HÉLÈNE  DELAVAUD-ROUX

 

En cours de rédaction

Démontage de l'Espace du manque de Laurent Derobert - Exposition LE BORD DES MONDES - Palais de Tokyo 2015

LAURENT DEROBERT vit et travaille à Paris et Avignon.

www.mathematiques-existentielles.com

Docteur en sciences économiques et chercheur (CNRS-GREQAM et Université d’Avignon - où il enseigna pendant dix ans), Laurent Derobert est aussi philosophe des sciences et s'intéresse à différentes formes d'arts.

Après avoir quitté l'enseignement, emporté par des courants artistiques et philosophiques sans pour autant avoir quitté les mathématiques, il a crée - et développe depuis 2007 - une forme de langage appelée Mathématiques existentielles qui interrogent notre rapport au monde sous forme algébrique.

Laurent Derobert est le chef de file de la Banquette et artiste associé au L.A.C. Entre arts et sciences, il est une figure emblématique de l'esprit du Laboratoire d'Art Contemporain.

Voir sa page : ici

L'un des dessins originaux de Laurent Derobert qui a calculé les racines imaginaires de la Tour Eiffel. Les quatre pieds tombant chacun dans un océan, à la suite d'une conversation entre Estelle Delesalle, Jean Deloisy et Laurent Derobert, l'idée d'entreprendre un voyage en bateau pour relier les quatre points se fait jour. Le projet sera présenté en 2015 au 1er étage de la Tour Eiffel avec la participation du Palais de Tokyo. Plusieurs grands navigateurs ont répondu présent pour se relayer, le bateau transportant à son bord plusieurs artistes, par étapes, dont Laurent Derobert. Ce dernier est en Résidence actuellement dans une Galerie de Montmartre pendant un an jusqu'en novembre 2019, un temps et un lieu initiatiques à cette odyssée qui devrait prendre la mer en 2020.

OLGA ROMASKEVICH - https://romaskevich.carrd.co

Olga Romaskevich est née à Moscou. Après une thèse en co-tutelle entre l'École des hautes études en sciences économiques à Moscou (NRU HSE) et l'ENS de Lyon, elle est actuellement post-doctorante à l'Institut de recherche mathématique de Rennes (IRMAR). Olga fait de la recherche fondamentale en mathématiques dans le domaine des systèmes dynamiques et s'intéresse aux systèmes intégrables ainsi qu'aux billards en mélangeant ses deux passions. Ces systèmes, qui paraissent simples, produisent des formes esthétiques et assez compliquées : des fractales. Olga s'intéresse à la complexité des systèmes simples.

 

Sa passion l'a entraînée à faire découvrir au plus grande nombre les mathématiques, et multiplie les actes en ce sens : création de sites internet, animations d'ateliers associatifs qui passent par l'art et par le jeu, y compris pour les plus jeunes comme ce site intitulé Les mathématiques du ciel qu'elle a créé avec deux autres doctorants de l'ENS de Lyon : http://ciel.mmi-lyon.fr/

Cette équation ou formule publiée par Olga Romaskevich a inspiré le Collectif Danse du L.A.C. pour lancer une étude consacrée à de nouveaux systèmes de notation chorégraphique.